Chaque matin : le temps des nouvelles

En arrivant à l'école, plus particulièrement pour le petit enfant au moment de la séparation, colère, peur, tristesse, joie et leurs nuances ont une grande importance et doivent trouver toute leur place. En effet, nous passons 90% de notre temps d'éveil à ressentir les émotions. Et, la recherche a largement démontré que ces dernières impactent fortement notre bien-être, notre santé physique et mentale, notre performance et notre relation aux autres.  Pour plus de précisions vous pouvez lire : "Développer les compétences émotionnelles en 8 séances" de Kotsou. I; Farnier.J; Shankland.R; Mikolajczak.M; Quoidbach. J; Leys C, 2022.

En psychologie positive, dans la catégorie des compétences émotionnelles, "savoir gérer ses émotions" est l'une des 2 composantes de la  compétence psychosociale clé  "réguler ses émotions".

En classe, les occasions sont nombreuses pour exprimer, ressentir, accueillir, parler, gérer, et, en fin de compte valoriser le vécu émotionnel en le transformant en un savoir-être précieux pour mieux être en relation avec soi et les autres. En psychologie positive, savoir gérer ses émotions est l'une des compétences psychosociales. Travailler tout cela est donc d'une grande importance, voici un exemple d'activité rituelle : le temps des nouvelles.

commencer la journée avec ses émotions

Le temps des nouvelles est un rituel à décliner selon vos besoins, ceux de vos élèves et ceux de la vie du groupe dans un mouvement de respect de chaque personne dans la classe. Cette activité laisse place aux changements et à  l' intelligence émotionnelle garantissant notamment une vie de groupe la plus positive et la plus agréable possible.

Ce temps quotidien permet de : 

  • faire une transition entre le monde de la maison et le monde de l'école : c'est aussi se donner des chances pour que ces 2 mondes communiquent mieux.

  • accueillir, exprimer au moins en partie et déposer ce qui est lourd pour s'en occuper plus tard avec des personnes compétentes : psychologues, .... Le lien avec la famille est ici aussi renforcé.

  • laisser plus de place pour entrer dans les apprentissages disciplinaires

  • laisser de la place, quotidiennement, pour élaborer sa pensée

  • nommer ses émotions avec de plus en plus de finesse (un travail de lexique peut être fait en parallèle), les partager avec les pairs, l'enseignant ou les parents : ainsi renforcer le besoin de proximité sociale et ainsi mieux se connaître

  • laisser de la place aux changements et ainsi vivre l'impermanence des émotions (un travail en QLM peut -être associé)

  • se donner les chances de commencer la journée le mieux possible

Le temps des nouvelles est détaillé ci-dessous pour les plus petits en maternelle et en primaire (pour le collège et le lycée, à venir).

1- Pendant l'accueil, il est possible de proposer un temps autour des émotions, pour favoriser le lien avec les parents, . Au moment de la séparation, il est important, pour certains enfants et certaines familles, d'accompagner et d'apaiser ce que l'enfant est en train d'exprimer, par la mise en mots et l'activité .

En maternelle

2- Plus tard, au moment du regroupement, l'enseignant aura comme une photographie des émotions des enfants de la classe. Il pourra aussi inviter ceux qui le souhaitent à partager leur météo intérieure du matin, avant de se lancer dans des apprentissages disciplinaires.

​​Sur le net, vous trouverez de nombreuses pistes d'activités par exemple à partir des illustrations d'Elise Gravel ou encore en exploitant l'album d' Anna Llenas : "La couleur des émotions".

Je vous propose 2 mises en forme ( documents ci-dessous),  à modifier selon les besoins de vos élèves et leur progression dans l'acquisition de cette compétence psychosociale. Vous pouvez ajuster :

  1.  les variables didactiques concernant les compétences psychosociales :

    • Prévoir des gommettes avec des smileys content ou pas content

    • Au fil des semaines, en lien avec le travail de classe, prévoir des gommettes ou illustrations avec joie, tristesse, peur, colère

    • Puis selon ce qui a été travaillé en classe, apporter d’autres supports pour parler de la sérénité, de l’exaspération, …

  1. les variables didactiques concernant QLM :

    • Vous pouvez commencer avec le tableau 1

    • Au fil des semaines vous pouvez préparer le tableau pour une quinzaine de jours

    • En GS, cela peut aussi être intéressant de travailler sur le mois entier notamment en fin d'année. Par exemple, dans le document ci-joint, vous pourriez choisir une couleur par émotion et inviter les enfants à colorier l’aile du papillon en fonction de son état émotionnel

Remarque : il peut aussi y avoir une colonne pour que l’enfant puisse dire qu’il est fatigué, ce qui n’est pas une émotion mais un ressenti physique.

En primaire

Le temps des nouvelles permet :

 - pendant une dizaine de minutes, d'avoir le choix, tous les matins, en arrivant en classe, dans un climat bienveillant, de nommer son émotion : joie, peur, colère, tristesse, et leurs nuances...

- de prendre et partager la parole pour faire connaître sa météo intérieure et les émotions associées quelles qu'elles soient.

- d' apprendre progressivement, à ressentir, à accueillir puis à reconnaître dans son corps les signes de son état émotionnel.

- de savoir mettre des mots pour mieux se connaitre et se comprendre face au monde et ses changements.